Descriptif du projet

Genre né vers la fin des années 1910 dans le Rio de la Plata, le « tango chanson » (tango canción) est associé à la figure de Carlos Gardel. Il s’agit en réalité d’un sous-genre du tango dont la finalité première des paroles qui racontent une histoire n’est pas la danse mais l’écoute. À l’origine, il était interprété par une chanteuse (cancionista) ou un chanteur (cantor) soliste avec un accompagnement de trio ou quartet de guitares. Le chanteur s’est peu à peu rapproché des orchestres typiques (orquestas típicas) et a assumé un rôle de plus en plus central en passant d’estribillista dans les années 1920 à chanteur d’orchestre dans les années 1930 et finalement soliste dans les années1940.Vers la fin du XXème siècle, divers chanteurs solistes accompagnés par des guitares ont repris l’interprétation du premier répertoire du « tango chanson » dans sa formation originale. En explorant spécifiquement les tangos des années 1920 et 1930, ces jeunes musiciens en ont rejoint quelques autres qui ont restitué au tango une présence en Argentine et dans le monde qu’il avait perdue depuis les années 1960. À la différence d’autres recherches sur le tango actuel qui fusionne avec des genres comme le rock, la musique académique, le jazz ou la musique électronique ces artistes travaillent avec des répertoires existants, surtout des chanson oubliées, en reproduisant ce qu’ils écoutent dans des disques anciens, mais avec un certain degré de liberté. Cette modalité de re-création qui leur a valu le qualificatif de « rénovateurs » caractérise des ensembles dont la circulation est limitée à des salles de concert, de théâtres et quelques milongas (lieux pour danser le tango) sur la scène argentine, et des festivals de tango et de World Music à l’échelle internationale. Les recherches que je développe ici visent à analyser comment les musiciens qui jouent du « tango chanson » créent et ré-créent leur propre répertoire dans un dialogue avec le passé fixé dans les disques et le présent mondialisé où le tango dansé vit un moment de splendeur. Les différents supports techniques qui permettent de préserver et de diffuser les répertoires tant au début du XXe siècle qu’au XXIe jouent un rôle clé dans ce phénomène. Entre la tradition locale médiatisée par les disques et l’avenir mondialisé qui passe par de nouveaux circuits et technologies, la pratique actuelle du « tango chanson » implique nombre des problématiques propres de la création populaire contemporaine.

Répondre à cet article

Spip | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0