Descriptif du projet

Dans ce projet, je cherche à comprendre comment, au Burkina Faso, certains chorégraphes burkinabè imaginent la « tradition » dans des spectacles de danse solo. Le choix de travailler spécifiquement sur les performances en solo tient à deux raisons principales. D’une part, ce type de spectacle est actuellement en plein essor dans la capitale Ouagadougou. D’autre part, le « solo » relève d’un genre scénique inédit qui marque une rupture importante avec les modèles scénographiques existant encadrés par les politiques culturelles étatiques. Il symbolise, à ce titre, l’individualité de l’artiste qui créé et interprète seul. En suivant le parcours biographique de quelques chorégraphes burkinabè, j’envisage d’analyser la manière dont ces danseurs se positionnent dans le milieu hétérogène de la danse africaine, entre leur participation au Ballet National du Burkina Faso, leurs engagements dans différentes compagnies de « danses traditionnelles » ou « créatives » et leur formation assez éclatée auprès de différents chorégraphes occidentaux. Dans ce contexte, comment ces danseurs négocient-ils leur appartenance à une « tradition » tout en revendiquant une forte volonté d’inventer des œuvres originales ? Ce processus de subjectivation de la tradition sera tout particulièrement étudié dans une situation où la « danse africaine » est à la recherche d’une légitimité, et d’une spécificité, au sein du champ encore très occidentalisé de la « danse contemporaine ».

Répondre à cet article

Spip | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0